AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 • Josh & Hell ▬ Laisse-moi te montrer [PV.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hell O. Littleton
    DARK QUEEN ' « Come play with me. I'm your sid »

avatar

♣ posts. : 1462
♣ age. : 26
♣ here since : 05/02/2010

♦ mood. : ◘ Démoniaque

▬ APPLE'S PEOPLE. ▬
The RelationShips.:
The Mind Box:
Info or Intox ?:

MessageSujet: • Josh & Hell ▬ Laisse-moi te montrer [PV.]   Ven 26 Fév - 20:15


Les apparences
« Tu m‘aime ? Oui mais d‘une façon que personne ne pense. »sont souvent trompeuses.






      On dit souvent que la première impression est la bonne.
      Moi je dis, que la réelle bonne impression est
      Celle qu‘on ne voit pas ou qu‘on ne juge pas de trouver.
      Une impression est souvent trompeuse, sachez le.


___________________

CUISINE
» 7h45
Connaissez-vous le dicton «  les apparences sont souvent trompeuses . » Pour beaucoup ce proverbe est loin d’être révélateur et pour d’autre, ca l’est totalement. Quand on connaissait Hell Littleton, soyez sur d’une chose : ce proverbe lui collait à la peau, comme ses vêtements moulant qu’elle mettait dans n’importe quel situation. Pour beaucoup, Hell n’a pas de cour et n’a jamais connu l’amour, tellement son cour est froid et qu’elle préfère coucher avec des hommes que de se mettre dans une relation sérieuse. Et pourtant, elle avait bien un cœur même si elle préféra de ne pas le penser car même si elle ne voulait pas qu’on le brise son cour, déjà fissuré à certain endroit pour cause de non amour parentale et une relation sérieuse qui avait tourné au briseur de cœur. Pour d’autre, Hell était une personne qui ne savait pas sourire avec franchise, alors qu’elle réservait ses dit sourire à ses proches qui avaient acquis sa confiance, confiance qu’on pouvait l’avoir difficilement n’étant pas du genre, a donner sa confiance à n’importe qui. Et d’autre rumeurs, circulaient comme quoi elle était entrain de tomber amoureuse d’un certain Epilson, du nom de Josh Wofford tellement, leur relation était ambigüe malgré qu’elle était toute simple et que si elle était amoureuse d’un homme, ce n’était pas lui mais d’une personne qui lui ressemblait beaucoup moralement parlant. Comme quoi, une chose est sur : Hell Olympia Littleton est né avec ce proverbe là, et nombreuses sont ses relations et ses particularités sont trompeuse.

Et il avait bien une chose qu’elle aimait bien dans sa vie, même si sa vie était soit disant parfaite était la chance. Chance qui était en elle-même si des fois, elle partait aux oubliettes à cause de quelque chose ou de quelqu’un. Alors quand elle s’était lever, seule - pour une fois - dans son lit, elle s’était dit que la chance était revenu de son voyage d’Europe après avoir trouvé son compagnon de jeu favoris : l’alcool. Donc quand elle s’était réveiller seule, dans son lit, elle s’était dit que sa chance était réapparut même si un mal de tête venait d’arrivé. Un simple regard vers son réveil lui fit signifier qu’il n’avait pas encore sonner, où elle se permit de l’éteindre ne voulant pas, avoir un gros mal de tête a cause de cet invention au son crissant. Hell s’était donc levé, prenant au passage un peignoir en sois qu’elle menait, avant de descendre les escaliers, se dirigeant d’un pas quelque peu fatigué, vers la cuisine où elle avait crut être seul. Elle était entrer dans la cuisine, pour partir d’un pas décider vers la cafetière pour prendre son café matinal. Ce fut qu’une voix féminine qui la remmena chez les vivants, elle qui faisait violence pour ne pas s’endormir debout dans la cuisine, tellement qu’elle manquait d’heure de sommeil - en tout cas pour elle -. Elle se permit donc d’écouter, car elle savait une chose : si elle n’était pas du matin, Grace Mckelly détestait qu’on ne l’écoute pas le matin et cela Hell l’avait apprit à ses dépends, depuis sa naissance sacrée.

    GRACE — Tu es en retard cousine. Une voix la sortit de ses sombres pensées qui étaient de retourner dans son lit illico presto. Voix féminin qui lui donna directement la réponse de la personne qui lui parlait : Grace, sa cousine. Prenant son café après l’avoir préparer, elle partit s’installer en face de cette dernière, pour lui répondre d’une voix encore ensommeillé.
    HELL — Bien sur que non. Quatre mots, qui montra bien qu’elle n’était pas du matin, et si elle ne buvait pas son café maintenant, cousine ou pas, elle allait lui sortir des remarques sarcasmes. Et cela, l’alpha qu’était G le savait très bien, puisqu’elle laissa cinq minutes pour qu’elle boive son café avant de reprendre la parole, constatant un fait véridique, pour elle.
    GRACE — Tu sais qu‘il est huit heure moins quart, et que tu n‘a pas encore avaler ton petit déjeuné et que tu n‘es pas encore habillé ? Finissant son café au lait, elle se permit de fermer les yeux, alors que la voix de la gueule de bois raisonnait dans sa tête. Maudissant les effets de l’alcool et les cours tôt, elle se permit de répondre, se fichant pas mal de sa posture qu’elle avait prit dans cette cuisine où régnait la classe et la richesse à l’état pur.
    HELL — Je sais et j‘ai bien le temps vu que je ne commence pas à huit heures. Avait-elle oubliée de présicer à Grace qu‘elle ne commençait pas à huit heure mais bien à neuf et que même si elle commençait à huit heure, elle aurait sauter la première heure de cour, étant trop occupé à chasser le mal de tête qu‘elle avait, que d‘allez dans un cours inintéressant qu‘était l’économie.


Pour une fois, elle eut de la chance de n‘avoir pas croiser un certain Montgomery, qui l‘aurait énerver de bon matin. Soupirant encore une fois et maudissant l‘effet de l‘alcool, elle avala son petit dejeuné pour partir quelque minutes plus tard, à la salle de bain prendre un aspirine, pour ensuite se laver voulant effacer la fatigue qui régnait sur son corps. Finalement, il lui fallut que vingt minutes pour se laver, et encore dix minutes pour s‘habiller, choisissant une tenue qui lui moulait le corps comme une seconde peau. Un quart d‘heure plus tard, la ville qu‘était New York, pouvait voir une certaine Hell Olympia Littleton, monter dans une limousine de sa famille qu‘elle avait appeler quelque minutes plus tôt, n‘étant pas d‘humeur à conduire avec un mal de tête qui n‘avait pas encore disparut de sa tête. Mal de tête qui partit quand elle arriva devant l‘université, où des marches lui faisaient face.

DEVANT L’UNIVERSITE
» 9H00
Mal de tête disparut de la circulation, Hell était descendu de sa limousine noir, donnant l’ordre de revenir la chercher à la fin de ses cours de la journée, partant de ses propres moyens à midi pour allez manger chez quelqu’un. Elle avait regarder l’heure qui était inscrit sur la grande horloge de l’université où elle avait maudit les rues désertiques de la ville, pour lui avoir donner au moins dix minutes d’avances avant son prochain cours, qu’était celui de science politique. Elle avait ensuite soupirer pour finalement s’assoir sur l’une des plus haute marches de l’université, attendant que les minutes passent. Malheureusement pour elle - ou heureusement pour elle -, une personne qu’elle connaissait que trop bien, arriva vers elle pour la sortir de ses pensées en prenant la parole, alors qu’elle laissait le vent frais s’amuser avec ses long cheveux brun, laissant voyager son regard noisette vers les différents lieu de la ville, qui se dressait devant elle.

    CONNOR — Je n‘ai pas vu ou entendu un gigolo sortir de ta chambre, miss Littleton serait-elle malade ? Une voix moqueuse et grave, fit changer de direction son regard chocolat, pour atterrir dans un regard marron partant dans le noir. Elle qui croyait l’oublier de la journée était rater où elle lui retourna la question, d’une voix ennuyé et sèche qui montrait qu’il n’était pas le bienvenue en ces lieux.
    HELL— Je peux te retourner la question, mister Montgomery. Bizarrement, ca les amusait plus qu’autre chose de se lancer des piques de bon moments, même si Hell savait qu’intérieurement, elle aurait préférer autre chose que des disputes mais par fierté, était presque toujours la première à commencer la dispute, se rappelant que la personne qu’elle parlait connaissait ses moindres petits secrets et que son cœur le réclamait depuis plusieurs semaines déjà, mais ne l’avouerais au principal concerné, pour rien au monde préférant mourir que d’avouer une chose qu’elle n’aimait pas et qu’elle savait qu’elle serait plus brisé qu’heureuse en ayant admis un fait, qui lui donna de faux espoirs. Fierté oblige qui partit à l’entente de la réponse du Dom Juan de New York, qui devait commencer en même temps qu’elle, mais d’un cour totalement différent.
    CONNOR — Que veux-tu, je ne suis pas une personne qui emmènent toute mes conquêtes à la maison, pour ne pas réveiller ses colocataires au beau milieu de la nuit. Un sous-entendu qui lui valut un regard noir, quand elle remarqua le sourire amusé de l’étudiant, sous entendant qu’elle n’était pas silencieuse quand elle passa à l’acte avec un homme qu’elle connaissait le prénom pour l’oublier le jour d’après. Lui donnant un regard polaire, elle emmena une main dans ses cheveux, pour mettre une mèche brune derrière son oreille, alors qu’elle lui répondit d’un ton mystérieux à l’adresse de Connor Montgomery, Delta de première classe.
    HELL — Car tu crois, que moi je les emmènent tous à la maison ? Mystérieuse à souhait, dans une seule phrase, elle avait sous entendu que la personne qui emmenait tous ses conquêtes était plutôt le jeune homme qu‘elle, et que ses conquêtes ne se résumait pas à celle qui les emmenaient chez elle.


Bizarrement, elle ne comprit pas le nouveau éclat qui était apparut dans les yeux de son interlocuteur, alors qu’un sourire en coin faisaient face sur son visage. La micro dispute aurait put continuer longtemps, mais la chance avait été elle qu’avec ce jour là, quand elle entendit la sonnerie de l’école annonçant la fin d’un cours. Se levant avec grâce, elle ne sut pourquoi sa journée était excellente, surtout qu’elle n’avait pas envoyer sur les roses son colocataire qui marchait à ses côtés pour partir d’un regard, vers une classe où bon nombre de femme l’entendant. Bizarrement, elle leur lança un regard polaire de loin, où elle soupira ne savant pas pourquoi elle faisait cela, alors qu’elle entrait dans sa classe de science politique, au côtés de ses amis, envoyant loin l’idée d’être jalouse des femmes qui avaient beaucoup d’attention au Dom Juan, et que sa journée venait de s’embellir car elle avait vu et entendu la voix de Connor pour un moment qui avait duré des minutes qu’elle ne sut compter, trop occupé à chasser toute ses pensées pour écouter avec sérieux son professeur de science politique qui venait de commencer son cour intéressant, un des seul cours qu’elle trouvait intéressant au point de ne pas le manquer, pour rien au monde.

COULOIR
» 10H15
Avez-vous une idée de comment embellir votre journée, déjà si bien commencer ? Pour beaucoup, il ne fallait que de peu pour avoir une journée parfaite. Prenez par exemple miss Littleton, le simple fait d’avoir un nouveau défis à accomplir, embellissait sa journée déjà si bien commencer. Alors quand elle était sortit de la cour de récréation, pour marcher dans les couloirs ayant l’intention d’allez en avance à son cour de langues vivantes, un sourire était apparut sur ses lèvres et la simple pensée que sa journée allait être meilleure lui arriva en esprit, quand elle remarqua une personne qu’elle connaissait que de vue pour beaucoup, mais qu’ils étaient si complices qu’on auraient put jurer les voir comme meilleurs amis du monde. Deux personnes qui s’amusait à se lancer des défis, sans connaître et chercher a comprendre la vie de l’autre. Alors quand Jake Carpenter s’était mit sur son chemin, son sourire en coin était apparut, pour vite se transformer en sourire amusé quand elle eut part de son nouveau défis, que l’alpha qu’était Jake lui lançait. Défis qui la fit sourire encore plus, savant qu’elle allait y arriver en moins de temps de dire son prénom.

    JAKE — Cap ou pas Cap, d‘embrasser le premier homme que u vois ? Nouveau défis et nouvelle victoire pour miss Littleton quand elle remarquait le premier homme qui venait d’entrer. Homme qu’elle avait déjà mit dans son lit, où elle bénit quelconque saint de lui avoir donner cette chance d’embrasser un homme tel que lui. Sa voix retentit, alors qu’un sourire en coin apparut sur son visage d’ange, montrant par là, qu’elle allait réussir avec brio ce simple défis.
    HELL — Cap et admire. Sourire aux coin aux lèvres, elle partit d‘une démarche élégante et d‘un sourire provocateur aux lèvres.


Quiconque aurait passer là, aurait vu la présidente du conseil des élèves embrasser un étudiant dont le prénom lui était inconnu. Etudiant qui le sourire disparu quelque peu, quand Hell mit fin au baiser, où un simple clin d’œil lui répondit alors qu’elle partit avec un sourire vainqueur aux lèvres, savant très bien la réaction de Jake, personne qu’elle connaissait que de vu malgré leur complicité dans les défis. Arrivé vers ce dernier, elle mit une main sur sa hanche fine, le regardant de haut où d’une voix claire, lui prédit son nouveau défis. Défis qui ne plut guère au jeune alpha qu’était J d’ailleurs.

    HELL — Cap ou pas Cap de séduire la prof de droit. Un rictus amusé apparut sur son visage d’ange alors qu’un regard qui se voulut meurtrier apparut dans le regard du jeune homme, qui venait tout juste de visualisé qui était leur professeur de droit. Professeur qui était une femme mais qui avait plus la ressemblance à un animal qu’un être humain. La réponse ne tardait pas à venir, gardant son sourire aux lèvres.
    JAKE — T‘es une garce Hell. Le regard noir de Jake, lui fit sourire alors qu’un sourire malicieux apparut sur ses lèvres alors qu’une de ses main remettait son sac correctement sur ses épaules. Réponse qui arriva, alors qu’elle entendit la sonnerie retentirent signifiant que les cours allaient reprendre.
    HELL — Je sais, je sais mais en tout cas une chose est sur, je suis plus courageuse que toi.. Un simple sourire victorieux s’inscrit sur ses lèvres pulpeuse et un simple regard moqueur prit place sur son visage.


Après avoir dit cela, Hell se retournait prête à partir, savant que dans les trois secondes qui suivirent, elle entendrais la réponse de Jake. Elle ne se trompa pas, quand la voix grave du jeune homme lui arriva aux oreilles, lui signifiant qu’il est partant pour ce nouveau défis. Un sourire amusé aux lèvres, elle se dit que sa journée devenait de plus en plus belle et qu’elle ne devrait pas rater le cours de droit, pour rien au monde car c’est bien connu, leur professeur de droit, ressemblait plus à un pitbull qu’une femme canon. Elle se mordit la lèvre inferieur, retenant par ce fait un rire qui aurait put en suspendre plus loin, alors qu’elle fusillait un élève qui la regardait trop pour son bien. Sa chevelure brune et sa démarche gracieuse et haute, disparut au tournant d’un couloir, partant dans un endroit où elle aimait poser les pied : la salle de langues vivantes, avec un sourire en coin, qui cachait plein de mystère.

JARDIN FLEURI
» 14h00
Sa journée continuait de s’embellir car comment ne pas l’être quand tout les signes pour faire une belle journée était là ? Après avoir eu son cour de langue vivantes, elle était l’une des premières à être devant la porte du cour de droit, voulant être au premier loge. Et au premières loges elle y étaient, où par son défis, Jake qui l’avait réussit eu en prime des heures de cours, ainsi que des regard amadoué de leur professeur de droit. Sa journée continua, recevant des signes que la chance était avec elle aujourd’hui. Elle eut même son plat préféré au restaurant où elle allait en compagnie de ses amis, comme tout midi qui se respectait. La seule chose qu’elle aimait moins dans sa journée, fut l’heure de science qui fut annulé pour une x raison, faisant rester ou partir les étudiants qui avaient ce cour et était venu pour rien. Etudiant où Hell en faisait partit où elle avait décliner l’offre d’aller boire un verre dans un quelconque bar, voulant être totalement sobre pour ses heures de cour. Alors, elle était partit dans un endroit qui était interdit, a chaque étudiants de Columbia mais que la pluparts y allaient incognito : le toit. Toit qui avait été emménager pour avoir un coin jacuzzi, un coin bar/snack mais surtout le petit jardin fleurit que les professeurs avaient monté depuis la création de l’université. Un endroit que des personnes mit comme endroit romantique, mais qu’Hell allait pour le simple fait d’être à sa place, et de ne pas être déranger.

Alors, elle avait monter les marches qui la menèrent sur le toit où elle aura toujours l’excuse de son poste de présidente du conseil des élèves pour s’en sortir sans retenu. Un sourire naquit sur son visage, quand son regard parcourra le toit où elle était seule. Un sentiment de bonheur arriva dans son esprit, quand elle trouva le jardin fleur libre de couple «  amoureux  ». Se fichant pas mal de sa réputation d’aristocrate au cœur froid, elle s’allongea de tout son long sur le banc mit à disposition dans cet endroit, laissant son regard se perdre sur le ciel bleu où un soleil rayonnait de mille feu. L’air fut chargé d’une magnifique odeur des plantes, qui s’amusait à faire voler toute fleur et plantes dans cet endroit, partant s’amuser avec les mèches brune d’H qui tombait gracieusement du banc. Son regard perdit dans le ciel bleu où elle ne sut combien de temps elle était resté ici. C’est seulement, quand un bruit lui arriva dans les oreilles, qu’elle fit la certitude qu’elle n’était plus seule dans cet endroit de paix. Se retenant de tuer la personne qui l’avait chasser de ses pensées, et ne relevant pas la tête pour voir qui était venu, elle ouvrit la bouche, prenant la parole d’un ton sec qui montra une chose : quelconque la personne qui était venu là, devait partir sur le champs, si il ou elle ne voulait pas être la cible des sarcasme et menaces de miss Littleton. Et on sait tous, a quel point Hell est cultivé dans cet art là.

    HELL— Tu n‘as pas le droit d‘être ici, Elle se tourna de façon a regarder la personne qui était venu lui enlever le calme dont elle respirait depuis quinze minutes, quand un sourire apparut sur son visage d‘ange, quand ses yeux se plongèrent dans ceux azur de son interlocuteur, qu‘elle connaissait très bien. Josh finissais-t-elle alors qu‘elle se mit dans une position allongé, de façon à le regarder.


Depuis combien de temps se connaissaient-ils ? Pour tout le monde, la réponse était très simple : depuis toujours. Car qui ne serait pas jaloux de leur complicité à faire peur la complicité des jumeaux ? Et pourtant, la vérité était tout autre, où un sourire en guise de bienvenue s’inscrivit sur ses lèvres rougeâtre, alors que son regard chocolat ne quitta pas celui azur de Josh Wofford, personne avec qui sa relation était trompeuse. Elle se permit de penser que sa journée s’embellissait d’heure en heure alors qu’elle laissait le vent fleurit par l’odeur des fleurs, s’amuser avec ses long cheveux brun, d’une danse que seul eux connaissaient le nom et le rythme.

_________________
SEPTEMBER


    [img][/img]
    [img][/img]
      texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
• Josh & Hell ▬ Laisse-moi te montrer [PV.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hell Achéron, futur Doyen Tourmenteur
» décors hell dorado
» [Cypher Studio][Hell Dorado][Anima Tactics]
» Si t'aime les bretz-hell [Refusé]
» Midway, Highway to Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
APPLESHIPS :: •• COLUMBIA UNIVERSITY ; :: « The Roof Floor » :: Jardin Fleuri-
Sauter vers: