AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Toute vérité n'est pas toujours bonne à dire.. Ou pas. |Grace|

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron E. Richards

avatar

♣ posts. : 28
♣ age. : 28
♣ here since : 20/02/2010

♦ mood. : Bonne!

▬ APPLE'S PEOPLE. ▬
The RelationShips.:
The Mind Box:
Info or Intox ?:

MessageSujet: Toute vérité n'est pas toujours bonne à dire.. Ou pas. |Grace|   Lun 22 Fév - 0:51

    En ce moment, ma vie n’est pas très palpitante, je dirais même qu’elle est plutôt désastreuse, et je pèse mes mots. Le seul aspect positif de ma vie, c’est le basket, et d’ailleurs je me demande de plus en plus si il y’a autre chose qui a correctement marché durant mes 23 ans d’existence. C’est un peu pessimiste comme constat, et peut être ne suis-je pas des plus objectifs en ce moment. Je ne déprime pas, soyez tranquille ! Ce n’est pas dans mes habitudes, je suis de nature très joviale, et un rien me fait rire, donc je ne suis pas prêt à m’enfermer dans une chambre et à prendre une douzaine de médocs tout en regardant un film dramatique ! Moi quand je ne vais pas bien il y’a une seule chose qui me vide l’esprit : le basket. Certains considéreront cela comme un sport, où le but est d’envoyer le ballon dans le panier, mais pour moi ça m’apporte bien plus. Grace à mon talent je peux espérer avoir un avenir digne de ce nom, je peux me donner à fond et vaincre mes limites, je peux avoir une chance d’être enfin reconnu comme étant doué en quelque chose. Parce qu’à part le basket je n’ai pas de domaines où je suis au-dessus de la moyenne. Remarquez c’est pas la fin du monde, mais en quelque part on a tous besoin de reconnaissance, quelle que soit la manière dont cela se présente.
    Comme je vous le disais, j’ai le moral dans les chaussettes. Pourquoi ? La réponse est simple : ma vie de couple est devenu carrément catastrophique. Je ne veux pas paraître défaitiste, mais j’ai l’impression que mes jours aux côtés de Grace sont comptés, et je crois qu’elle partage ce sentiment. C’est affreux de se dire qu’on reste avec quelqu’un sans en voir de véritables raisons. Ca fait maintenant plusieurs années qu’on partage de belles choses, et ces derniers mois, je ne sais vraiment pour quelle raison, tout est devenu plus banal, moins tendre, comme si ce qui faisait de nous un couple si exceptionnel s’effritait à chaque seconde. Pourtant, rien de grave ne s’est passé ! C’est pas comme si l’un avait trompé l’autre ou l’avait trahit d’une quelconque manière ! Et c’est ça le plus étrange dans le fond, de ne pas pouvoir pointer du doigt ce qui n’allait pas. C’en est même frustrant ! Comment peut-on se réveiller un matin en se disant qu’hier on aimait une personne et qu’aujourd’hui on ne ressent qu’une profonde amitié ? Bref, la plupart des gens normaux, s’apercevant de ça auraient rompu avec leur partenaire. Mais pas eux. Ils ne s’en parlaient même pas en fait, et ce de peur de se blesser mutuellement. Aaron avait toujours été d’une nature bienveillante, alors il ne voulait pas lui faire du mal, pas à elle. Et en plus, peut être attendait-il un miracle, quelque chose qui relancerait cette relation. C’était peu probable, mais une petite partie de lui y croyait encore. Et puis dire adieu à une relation qui dure depuis quelques années ce n’est pas si simple ! Bien qu’il n’y ait ni enfant ni mariage en jeu ça ne peut pas se faire en deux minutes, il faut être sûr de ce qu’on veut, en mesurer toutes les conséquences et par-dessus tout en parler. C’est peut être de là d’où venait le problème ! Ne pas évoquer ce qui se passe, ne pas partager son point de vue, ne pas chercher une réponse ensemble ne peut qu’aggraver la situation.
    En me réveillant, ma première réaction avait été de regarder la place vide à côté de moi du lit. Il y’a quelques mois à peine, Grace s’y trouvait quasiment tous les soirs. Cette pensée me fit soupirer de mécontentement, et attraper mon portable pour envoyer un message à un de mes potes de l’équipe de basket. Je lui donnais rendez-vous dans une heure au gymnase. Il accepta, et d’emblée je me dirigeais vers la salle de bain pour prendre une bonne douche, me raser, m’habiller et me coiffer. Non pas que cela nécessite beaucoup de temps, vu que je ne suis pas du genre à me faire pousser les cheveux style gothique, seulement ils peuvent être plus en bataille que vous ne l’imaginez au réveil ! Le temps d’avaler deux biscottes et un café, il fallait déjà que je parte. Sac de sport au dos, je partais en moto jusqu’au gymnase. Arrivé là bas, je décidais d’attendre mon pote pour me changer. L’heure tournait et il n’y avait toujours aucun signe de lui. J’allais commencer à m’énerver quand mon téléphone vibra, m’indiquant que je recevais un message.


    « désolé vieux, je peux pas venir, ma copine a débarqué et du coup je me sens obligé de rester à ses côtés.. Enfin tu vois le genre ! On se refait ça plus tard ! »

    C’était le pompom . Je ne lui en voulais pas, je comprenais qu’on veuille passer du temps avec sa petite amie, seulement j’avais vraiment besoin de cette séance de basket, moi ! Enfin, c’était pas lui qui allait m’empêcher de jouer au final. Il aurait fallut que je me change pour être plus à l’aise, parce que là ma chemise blanche et mon jean c’était pas forcément l’idéal, mais j’avais un petit peu la flemme de le faire. Et puis j’allais y aller tranquillement, je n’avais pas besoin de m’acharner comme une bête contre un ennemi invisible ! Attrapant le premier ballon qui me tombait sous la main, je m’avançais en courant vers le panier et effectuais un dunk du tonnerre. C’était presque regrettable qu’il n’y ait personne pour l’admirer. Je ne suis pas du genre frimeur, super fier de moi, mais au fil des ans le fait d’être félicité à chaque fin de match nous fait prendre conscience qu’on a quand même un sacré don. Alors que je reprenais le ballon et reculait cette fois pour le lancer d’assez loin, plus loin que la simple ligne des trois points, j’entendis un bruit de pas. Ne regardant pas derrière moi, me contentant de tirer, j’entendis quand même cette personne se rapprocher. Le ballon entra dans le panier plus facilement que jamais, et satisfait, un sourire aux lèvres, ma curiosité prenant le dessus cette fois-ci, je pivotais sur moi-même pour voir quelle tête pouvait bien avoir celui qui avait osé pénétrer ce lieu sacré. Et là évidemment, c’est Grace que je vis devant moi. L’espace d’une seconde, je me demandais si elle était venue pensant être seule à cette heure-ci, ou si elle était persuadée que je m’y retrouverais aussi. J’allais certainement le savoir très bientôt. En attendant, je m’avançais vers elle et alla l’embrasser du bout des lèvres. Un baiser comme tous ceux qu’on avait partagé ces derniers temps c’est-à-dire presque vides de sens. Et même si il m’avait prit l’envie d’en faire un plus langoureux, je crois que je n’aurais même pas osé de peur de me faire renvoyé sur les roses.

    "Hey toi.. Qu’est-ce que tu fais ici de si bonne heure ?"

    Il était content de la voir malgré tout ce qui pouvait se produire. Car quoi qu’il arrive elle ferait toujours partie de lui, il avait une totale confiance en elle et la considérais également comme une petite sœur, quelqu’un qu’il voulait protéger de tout et dont il souhaitait seulement le bonheur. Cette envie de protéger n’était pas issue d’une quelconque jalousie, c’était simplement une manière de témoigner son attachement. Toutes les bonnes actions ne sont pas forcément issues de mauvaises intentions heureusement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Toute vérité n'est pas toujours bonne à dire.. Ou pas. |Grace|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOIREE TCHAT : action & vérité
» Bonne Fête François Dagesse
» Avec du retard ... Bonne fête Martin Letarte
» Boulet un jour, boulet toujours ? :O
» Bonne fête Sandrine!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
APPLESHIPS :: •• COLUMBIA UNIVERSITY ; :: « The Sportive Floor » :: Gymnase-
Sauter vers: